chut

Il y a bien sûr les gros mots que l'on n'a jamais trop envie d'entendre dans la bouche de nos bambins. Surtout en public. Non, parce que faut reconnaitre qu'un môme qui te sort un gros mot en privé ça fait souvent parfois marrer (mais c'est mal, bouh!).

C'est un sujet qui, une fois de plus, fait ressortir les différences qui caractérisent mes enfantsL'intello-à-lunettes n'a jamais dit de gros mots, sauf tout petit quand il répétait mes insultes en voiture (non, je ne dirais pas lesquelles, pas même sous la torture). Avec Attila, c'est un peu différent. Le moindre gros mot prononcé devant elle est enregistré et ressorti au moment le plus approprié inopportun. Mais toujours à bon escient, il faut le reconnaitre, elle conjugue de façon tout à fait aléatoire, mais elle est d'une précision de coucou suisse concernant les gros mots. Bien sûr, l'Intello-à-lunettes est outré à chaque fois:

- Mamaaaannn !!! Attila elle m'a dit que je suis chiant !

- Mamaaaannnn !!! Attila elle m'a traité de gros con !

Tu noteras la délectation avec laquelle l'enfant s'applique à répéter chaque gros mot. 

La dernière fois à table, il me raconte qu'Attila a utilisé "un nouveau gros mot que tu connais pas". Genre ma fille de même pas 4 ans allait m'apprendre un gros mots, quoi. Un gros mot que même l'Intello-à-lunettes connaissait, lui. Je rêve.

Après enquête (qui s'est limitée à poser la question à l'Intello), il se trouve que le mot en question était "p*te". 

Elle a du l'apprendre à l'école, donc. En même temps que la chanson qu'elle m'a chantée, tout fière, l'autre jour :

"Qu'est ce qu'il y a sous ma braguette ?

Un camion de 18 mètres !"

Franchement, quelle mère n'a pas rêvé d'entendre sa fille de même pas 4 ans chanter ça ?!

(Je précise que je ne jette pas la pierre à la maîtresse, parce que j'imagine bien que ce n'est pas elle qui lui a appris.) (C'est pas non plus le genre à leur diffuser des films pornos.)