VF01

Quand on apprend qu’on va avoir une petite fille, forcément, on imagine la super complicité que l’on aura avec elle, on sait bien que les filles restent plus proches de leurs mères en grandissant alors que les garçons, tout collés qu’ils sont à leur maman quand ils sont petits, s’en éloignent en grandissant. On s’imagine en train de faire du shopping et de passer du bon temps ensemble quand elle sera grande. En attendant, on fait les boutiques et on se lâche grave sur les pyjamas éponge roses et les bodys à fleurs ! Et on s’attendrit sur toutes les fringues de petites filles bien plus fun et délirantes que les vêtements de petits gars qui ne sont souvent que des habits d’adultes miniatures…

Je me souviens avoir vu il y a quelques temps une émission sur les mères qui voulaient une fille à tout prix, qui étaient prêtes à faire 5, 6 ou 7 enfants pour cela. Ou à partir à l’étranger pour avoir recouvrir à une FIV avec DPI (Diagnostic Pré-Implantatoire) sélectionnant les embryons féminins, ce qui est interdit en France. Celles qui avaient fini par avoir une fille disaient toutes la même chose “au final, c’est un enfant comme les autres!”. Ben oui. Ou presque.

Quand t’as une fille, plus rien ne t’appartient vraiment. Petites, elle veut déjà utiliser tes produits de beauté, ton parfum, tes vernis à ongles, ta brosse à cheveux. Dans peu de temps, elle te piquera ton maquillage, tes bijoux, tes chaussures, tes fringues et tes sacs à main. Et le jour où elle ne le fera plus, tu sauras que t’es passée dans le clan des mémères.

Quand t’as une fille, tu ne vas plus jamais seule aux toilettes dans les lieux publics. Parce que quand t’as envie d’y aller, il se trouve qu’elle aussi. Et réciproquement, quand elle te demande de l’accompagner, autant en profiter pour y passer aussi. Certains McDo ont même des toilettes handicapés dans lesquels il y a des toilettes pour enfant (et une table à langer), donc tu peux faire pipi en même temps que ta puce, dans la même pièce, et elle kiffe grave. Quand tu pars en rando, que les garçons et leur père pissent debout au bord du chemin, toi t’as de la compagnie pour trouver un buisson derrière lequel se cacher.

Quand t’as une fille, tu perds une demie-heure de sommeil tous les matins. Au moins. Parce qu’il faut choisir les vêtements, et surtout, après il faut choisir les barrettes, chouchous et autres serre-têtes. Et quand ta plus petite qui a encore ses cheveux de bébé te demande une queue de cheval ou une grosse tresse, c’est carrément des mois qu’il te faudrait.

Quand t’as une fille, il y a au moins quelqu’un d’autre à la maison qui a un peu de sens pratique. Tu n’es plus la seule capable de trouver le fromage râpé dans le frigo, de voir qu’il n’y a pas de sac dans la poubelle AVANT d’y avoir jeté ses cochonneries, de comprendre qu’une serviette de toilette humide se suspend sinon elle ne sèchera pas, ou encore de trouver le chemin du panier à linge sale sans semer ses chaussettes en cours de route.

Quand tu as une fille, tu as enfin quelqu’un qui apprécie ta cuisine. En tous cas, quelqu’un qui ne fait pas la grimace quand tu prépares une salade de tomates ou du melon. Et qui s’exclame même “Moi j’adore ça le concombre !”.

Quand t’as une fille, tu n’as plus l’impression d’être transparente ou de faire les choses en vain. Une fille, elle remarque quand tu as  rangé la maison ou ajouté quelque chose de nouveau. Elle te trouve belle quand tu t’es maquillée. Elle remarque quand tu es allée chez le coiffeur ou que tu as une nouvelle tenue ou un nouveau vernis à ongle. L’inconvénient c’est qu’elle remarque aussi quand t’as du poil sous les bras.

Tous comptes faits, si, une fille ça change ta vie !