Je suis blogueuse mais c'est facile quand on vit en France.
Je suis Charlie mais ça aussi c'est facile aujourd'hui, parmi la foule des Charlies. 

À Alep en Syrie, ça c'est du courage !

 À Alep en Syrie, ça c'est du courage!

J'oublie parfois, et même souvent, à quel point c'est confortable de vivre ici, en France, malgré la crise et le reste. Je ne me pose pas la question de ma liberté quand je monte dans ma voiture, en oubliant que dans d'autres pays une femme n'a pas le droit de conduire, ni même de sortir de chez elle sans être accompagnée. Je ne me réjouis pas sans cesse de vivre en France quand je dégaine ma carte bancaire pour acheter ce que je veux avec le compte en banque que j'ai le droit d'avoir sans autorisation de mon mari ou de mon père. Je ne me rends pas compte de la chance que j'ai de vivre dans un pays où j'ai pu me marier, divorcer, vivre avec un homme sans être mariée et même avoir des enfants avec lui sans que ça pose de problème à qui que ce soit, alors qu'il y a des pays où être femme sonne comme une malédiction. 

J'oublie surtout que si j'ai la vie si douce aujourd'hui, c'est parce que d'autres se sont battus pour obtenir tout cela pour moi, pour nous. J'admire celles et ceux qui se battent dans certains pays pour la liberté, ceux qui n'hésitent pas, ceux qui préfèrent la prison ou la mort à la soumission. Je me souviens m'être demandé où les Pussy Riots puisaient la force nécessaire pour s'opposer ouvertement à Poutine. Et Malala, et les milliers d'anonymes qui refusent de vivre à genoux, qui refusent d'accepter l'inacceptable, qui sont prêts à tous les sacrifices pour un peu de liberté en plus. 

Charlie Hebdo allait peut-être trop loin parfois, peut-être parce qu'ils étaient là pour nous rappeler qu'on s'endort sur nos acquis, parce la tiédeur est confortable. La violence de l'attentat du 7 janvier à Charlie Hebdo vient de nous sortir brusquement de notre douce torpeur. Et tout à coup on se réveille, on se lève, on se serre les coudes et on fait front. Pour Charlie, comme symbole de la liberté d'expression. Et le monde entier devient Charlie. Et demain? 

Maintenant qu'on sait qu'en France on peut mourir d'impertinence, " mourir pour une vanne" comme l'a dit Philippe Geluck, qu'est ce qui va changer ? 


Aujourd'hui, la France est touchée en plein coeur, mais unie. Aujourd'hui le monde entier est Charlie, mais demain? 
Et puis, j'ai peur. Peur de voir le monde que nous allons laisser à nos enfants. Je suis pas si vieille que ça mais j'ai quand même l'impression d'avoir vécu avant l'avènement du "politiquement correct". Il y avait eu Desproges et Coluche, il y a eu les Nuls et petit à petit, je ne sais pas trop comment, on réalise que ce qui se faisait il y a 20 ans serait impossible aujourd'hui... Qui pense qu'on pourrait refaire la fausse pub des Nuls qui parodiait Royal Canin en Royal Rabin ? Et c'est un progrès?


On sait maintenant que Charlie Hebdo se portait mal, financièrement parlant, l'élan de solidarité va lui donner un peu d'oxygène mais combien de temps? Petit à petit, on risque de se diriger vers une société timorée qui n'osera plus rien. 

Mais aujourd'hui le monde entier se lève et ça nous colle des frissons et des larmes aux yeux. Aujourd'hui le monde entier est debout pour soutenir la liberté d'expression.