Voilà que je cite Céline Dion. Tu vas te dire que j'ai craqué, bientôt je vais me mettre à citer Guillaume Musso... Non. Quand même pas. Mais en tombant il y a quelques jours sur cette chanson, ça m'a filé le cafard. Parce que je ne parle pas à mon père. Depuis longtemps, maintenant. Je pourrais. Je pourrais décrocher mon téléphone, c'est aussi simple que ça. Mais non. Parce que si je le faisais, je sais que je tomberais sur sa femme et ça, je n'ai pas envie.

Mes parents ont divorcé alors que j'avais 5 ou 6 ans, aussitôt il s'est remarié. Et j'avoue que je n'ai jamais aimé sa femme. Ensuite, ils ont déménagé pour des raisons professionnelles, mon père travaillait pour une boite qui mute régulièrement ses salariés. Ils venaient en week-end et je devais suivre. Déjà, je n'aimais pas ça, ça m'ennuyait. Puis, j'allais passer des vacances chez eux et ça c'était l'horreur. Ma maman me manquait et je n'aimais pas rester avec elle, ma belle-mère. Mon père ne prenait pas ses vacances pour les passer avec moi, il les gardait pour partir hors saison, il y a moins de monde et ça coûte moins cher. Alors j'étais avec elle toute la journée. A l'entendre dénigrer ma grand-mère, mon oncle et sa femme et même leurs enfants trop ceci, trop cela. Mon oncle qui préférait avoir des meubles de recup' et du super matériel de ski (le crime, quoi, préférer le ski à la déco d'intérieur).

Je me souviens quand j'avais des copines qui étaient dans le même cas que moi et qui étaient contentes d'aller chez leur père, je ne comprenais pas. Un peu comme si quelqu'un se réjouissait à l'idée qu'on pourrait avoir des choux de Bruxelles à la cantine, ou une biographie de Kim Kardashian par Guillaume Musso. Avec elle tout ce que je faisais, ça n'allait pas. Pas assez dégourdie, pas assez habillée "fille" ou mode. Pas assez. Et mon père n'a jamais vraiment pris ma défense. L'impression que je ne vivais que sous les critiques pendant ces moments là.

J'ai passé près d'un an à ne plus répondre au téléphone quand il appelait. Ils étaient partis vivre loin. Sur une île durant quelques années, c'était facile. Il a fini par appeler ma mère, qui m'a dit de faire un effort. J'allais devenir maman pour la première fois, c'était important. J'ai accepté, mon fils méritait d'avoir un grand-père. Il n'avait pas été à la hauteur comme père, il pouvait peut-être se rattraper comme grand-père.

Finalement, non. Il a été un peu présent au début. Quand j'ai déménagé il est quand même venu pour la naissance de mes enfants mais ma relation avec sa femme est toujours restée la même. A coup de "tu devrais faire..." ou de "normalement c'est..." et ses remarques sur l'allaitement "tu lui donnes pas des compléments quand même, ça lui suffit?", j'ai détesté son attitude au moment de la mort de ma grand-mère. Et j'ai encore trouvé mon père incapable de lui dire qu'elle nous faisait chier avec ses remarques. On ne s'est plus appelés. Encore moins vus. Bientôt 2 ans et mes enfants en parlent parfois, de Papi et la dame qui travaille avec lui (dixit ma Deuz, je laisse dire, méchante que je suis).

Mais parfois, j'aimerais bien savoir, même à 40 ans, ce que ça fait d'avoir un papa...

 

Celine Dion - Parler à mon père (Live In Paris 2013) HD

La vidéo, c'est cadeau !